Ieng Sary

Ieng Sary
A Païlin en 2003 aux funérailles de Khieu Ponnary, la première femme de Pol Pot

IENG SARY EST MORT

Ieng Sary, l'ancien Vice Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de Pol Pot est mort le 14 Mars 2013 à Phnom Penh. Accusé de crimes contre l'Humanité et de génocide et traduit en justice devant les CETC depuis 2007, Ieng Sary est mort à l'âge de 87 ans sans avoir parlé ni avoir été condamné. Seuls Nuon Chea (Frère N°2) et Khieu Samphân (Chef de l'Etat du KD de 1976 à 1979) doivent désormais répondre des crimes des Khmers rouges devant la justice.

****
****

Norodom Sihanouk, le Roi-Père du Cambodge est mort

****
***
ENGLISH VERSION HERE at: BITTER KHMER ROUGE

Khmers rouges amers

Khmers rouges amers
Un film de Bruno Carette & Sien Meta (1H35) / SELECTION FIGRA 2008

2007-05-27

Bienvenue

Vous êtes intéressé(e) ? Laissez un commentaire :

14 commentaires:

Roberto a dit…

Bravi! Non bisogna mai dimenticare. Occorre far conoscere al mondo l'orrore della tremenda dittatura Khmer ...affinchè cose così terribili non si ripetano mai più!
Grazie per il Vostro lavoro.
Dio Vi benedica.
Roberto

GREG a dit…

Excellents docs à écouter sur France culture cette semaine.

GREG a dit…

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/dossiers/2007/cambodge/

Cambodge a dit…

Pour votre rubrique "liens", un site a signaler pour suivre l'actualité du Cambodge : http://www.netvibes.com/cambodia

Gonzague a dit…

Bonjour

KLe travail de Bruno Carette est essentiel. Pour suivre le dossier depuis 20 ans et pour avoir rencontré les khmers rouges non loin de Kratié en septemre 1992 (ils hésitaient encore àparticiper aux élections générales organisées par l'UNTAC), j'attends avec impatience la sortie de Khmers rouges amers. J'espère que France Télévisions va en acquérir les droits audiovisuels. Gonzague de LA BOURDONNAYE

françois ponchaud a dit…

Phnom Penh le 23 février 2009

François PONCHAUD



Cher Monsieur Carette,


Le samedi 21 février dernier, j'ai eu l'immense privilège d'assister à la projection en avant-première de votre film: "Khmers rouges amers" au centre Bophana de Phnom Penh.

Veuillez recevoir mes plus vives félicitations pour cette réalisation qui sort des sentiers battus et qui correspond si bien à la connaissance de ces anciens milieux khmers rouges avec lesquels je vis, les uns depuis 1995, les autres depuis 1999. Sans vouloir nier les massacres monstrueux, nombreux, et absolument inqualifiables des Khmers rouges, que j'ai commencé à dénoncer dès février 1976, par une série de trois articles dans "Le Monde", puis dans le livre "Cambodge Année zéro", sans non plus vouloir nier la souffrance de beaucoup de victimes innocentes dont les familles ont à présent la possibilité de s'exprimer, il était utile de faire parler ceux qui étaient de l'autre côté. A chacun de juger la sincérité de Khieu Samphan, qui est de fil rouge de votre document! Les petits chefs khmers rouges et les hommes de troupe ont été piégés par un système qui les dépassait. On a fait miroiter à leurs yeux une formidable espérance et qui a été amèrement déçue. Il fallait le dire. Vous le faites très bien.

Vous avez replacé ce drame cambodgien dans son contexte historique et culturel, ce qui fait souvent défaut dans les dénonciations unilatérales des crimes du Kampuchéa Démocratique, en cette période de jugement international.

En vous renouvelant mes sincères félicitations, je souhaite que votre document remarquable trouve une ample diffusion en France et en d'autres pays.


François PONCHAUD

Raoul Jennar a dit…

S'il est un pays multiple et complexe, dans son présent comme dans son passé, c'est bien le Cambodge, ramené du fait des hommes - fait unique dans l'histoire contemporaine - à l'âge de la pierre il y a trente ans.
Tout le talent de Bruno Carette, c'est de donner à voir cette complexité avec l'oeil d'une caméra qui va à l'essentiel tout en restituant le contexte qui explique.
La fiction raconte, le documentaire décrit. Mais lorsque le documentaire est de ceux dont Bruno Carette nous fait don, c'est un récit authentique qu'il nous est donné de voir.

Raoul M. Jennar
Docteur en études khmères

Pomonti JC a dit…

Un bon et beau film, avec les expressions de Khieu Samphan, le redoutable mutisme de Nuon Chea, les funérailles révélatrices de Khieu Ponnary, la distance prise par Laurence Picq, les commentaires de Hun Sen, etc. Une histoire terrible, qui a eu lieu, que les auteurs traitent en s'effaçant. Une histoire qui parle d'elle-même.

François Roux Avocat a dit…

Excellent film. Trés bonne contribution à la compréhension de cette tragédie en la replaçant dans son contexte. "Juger c'est comprendre", dit-on. Et chercher à comprendre ne veut pas dire excuser, mais seulement tenter de participer à l'oeuvre de Justice.Ce film y contribue indiscutablement. Il doit être largement diffusé.
Merci à Bruno Carette.

François Roux Avocat a dit…

Excellent film. Trés bonne contribution à la compréhension de cette tragédie en la replaçant dans son contexte. "Juger c'est comprendre", dit-on. Et chercher à comprendre ne veut pas dire excuser, mais seulement tenter de participer à l'oeuvre de Justice.Ce film y contribue indiscutablement. Il doit être largement diffusé.
Merci à Bruno Carette.

boddah a dit…

avez vous vu le film S21 ?

Anonyme a dit…

Bonjour Monsieur Carette,

J'ai eu l'occasion de voir votre reportage "entre paix et justice" au centre Bophana à Phnom Penh.
Pourriez-vous me dire comment je pourrais m'en procurer une copie?

Christophe De Doncker
avenue du Daim, 12
1170 Bruxelles
Belgique
0032 496 56 02 06

Anonyme a dit…

Il est parfois difficile de tout comprendre surtout avec la vision cartésienne dont nous, européens avons besoin. Enfin un document qui nous en détache, qui ne joue pas sur les clichés et qui nous permet d'écouter pour tenter de mieux comprendre. Les interviews sont saisissantes et la volonté de vérité tellement affirmée...
Le risque a été pris, le pari est réussi, il ne manque qu'un écho immense à ce passionnant document.
Bravo Bruno Carette,
Bravo Meta Sien.

Mathieu.

Anonyme a dit…

Bravo pour votre excellente réalisation.

Que le procès aille ou non à son terme (ce dont je doute aussi), qu’il soit véritablement axé ou non sur les crimes commis (ce qui n’est pas encore le cas), qu’il respecte ou non les souffrances des victimes et l’expression des parties civiles, votre travail est et restera le TEMOINAGE objectif de toute cette période monstrueuse. Et actuellement le SEUL.

Pour celui qui aime tellement ce peuple et ce pays qui m’offrent si fréquemment l’hospitalité depuis ces dernières années... votre film constitue une oeuvre de justice indispensable pour le présent et le futur. Là où je crains que la justice humaine faillisse !

Je formule le voeu que le plus grand nombre de khmers et d’étrangers puissent le voir pour leur donner une juste transmission de cette douloureuse page d’Histoire.

MERCI,
Alain

Trailer

Trailer
Qu'adviendra-t-il du procès des Khmers rouges ?
Hun Sen Premier ministre du Cambodge
Vainqueur des Khmers rouges, l'homme fort du Cambodge entend garder la main sur le procès et raille la communauté internationale.

Le long chemin des Parties civiles


Ronnie par khmers_rouges_amers Ronnie a perdu toute sa famille sous les Khmers rouges et il demande aujourd'hui justice

Une histoire de frontières ?


Khieu Samphan, Païlin 2003

SM le Roi Norodom Sihanouk Phnom Penh 2003

Phnom Srok ouvrage khmer rouge

Hommage aux victimes à S21